Marchand de vins vers 1910 à Saint-Jean-de-la-Ruelle (Loiret)
Collection privée et personnelle de Jean-Pierre UGUEN


Métiers insolites du passé
Les métiers anciens, disparus ou raréfiés d'autrefois

Histoire

À la veille de la Révolution, on estime que la population française était composée de 18 millions de paysans sur 28 millions d'habitants (64 %).

Le site se propose de recenser et de décrire les métiers des 36 % restant.

On retrouvera sur ce site des définitions de métiers anciens, disparus ou raréfiés mais aussi des définitions de charges, telle que celle d'" Asséeur ", ou d'occupations plus temporaires telle que " Chantre ". On gardera, par ailleurs, à l'esprit qu'il est toujours difficile de résumer en une ou plusieurs phrases une activité de toute une vie et qu'il en résulte nécessairement quelqu'imprécision.

Ces métiers ont été glanés au hasard de lectures, de recherches et de visites ainsi que grâce aux contributeurs qui ont envoyé leurs définitions, qu'ils en soient remerciés. La plupart des définitions ont été vérifiées dans différents ouvrages et toutes ont été retravaillées (ex : " Bordier ", " Métayer ", etc.) : le texte qui en est issu est personnel et relève du copyright.

Contenu

Le site comporte les explications de 3 757 professions et plus exactement de " vieux métiers ".

Le site a été enrichi d'images d'époque que vous pouvez utiliser à titre personnel pour illustrer une généalogie. Avant toute autre utilisation, en particulier professionnelle, merci de respecter le travail réalisé et contacter l'auteur du site à daniel.chatry@gmail.com

Si le métier recherché comporte un clignotant rouge il suffit de cliquer dessus pour afficher l'image.

Cette illustration restitue l'artisan dans son environnement avec son atelier, ses clients, ses collègues, ses outils, ses matériaux, etc.

Les images sont en noir et blanc et prennent un peu de temps à télécharger, soyez patient...

Certains métiers sont spécifiquement féminins tels que " Lavandière " ou " Matrone ", d'autres exclusivement masculins tels que " Bedeau " ou " Forgeron " mais la plupart peuvent être exercés aussi bien par des femmes que par des hommes. Ainsi, par exemple, si vous cherchez le métier exercé par une " Tuilière ", vous trouverez sa définition à " Tuilier ".

De même, l'orthographe au cours des siècles passés était un art assez "approximatif " (c'est le moins que l'on puisse dire) et l'on peut ainsi trouver le même métier écrit de différentes manières. Il n'est donc pas étonnant que le même " Tuilier " puisse aussi se retrouver sur un autre acte qualifié de " Thuilier ". Il faudra donc être perspicace pour identifier correctement la profession et ne pas prendre, par exemple, un " Tiseur " pour un " Tisseur ", c'est à dire un " Texier ". Parmi les autres variantes classiques, on peut citer celle du type " AI " avec le " É " comme dans " Mairandier " et "Mérandier " ou " Aiguilletier " et " Éguilletier ". Une autre méprise possible pour l'identification correcte d'un métier provient de la confusion involontaire entre deux lettres ; un exemple assez courant est donné avec le (ou les) " F " confondu(s) pour un (ou des) " S " dans " Bussetier " et " Bufetier " ou, comme relevé dans un ouvrage récent très spécialisé, " Essayeur " retranscrit " Effayeur ".

Sites :

Les métiers de nos ancêtres

  Retour à la page d'accueil

Nos nouvelles des douze derniers mois

 

CGL - Tous droits réservés - Juillet 2010


compteur de visite